Les Prèfs

Folle à lier

01/05/2016

«Roy Dupuis Perso Yo…»

VIKTOR+VAUTHIER+00118

Depuis que je suis célibataire, je suis folle à lier.
C’est pas des jokes je me fais très peur j’ai complètement oublié comment faire pour être relaxe. Surtout sur Facebook pis Instagram. C’est l’enfer pour moi ces affaires-là ces temps-ci. J’ai cherché Roy Dupuis sur Facebook pendant une soirée de temps. J’ai tout essayé dans la barre de recherche; Roy Dupuis, Dupuis Roy, Roy D, R. Dupuis, Roi Dupuis, Roy Depuis Complet, Roy Dupuis Complet Désolé, Roy Dupuis comédien, Rivière Dupuis, Roy Dupuis comédien ténébreux, Roy Sex Symbole Québécois Dupuis, RoyDupuis en un mot, Roy Dupuis Perso, Roy Dupuis Perso Yo…Rien trouvé. Je peux juste pas me contenter de sa fan page, je vaux pluss que ça. Au départ c’était des célébrités locales ça c’est chill. J’ai aussi essayé de trouver Manolo de Ramdam voir si y’était rendu carrek mais j’ai appris qu’il avait jamais vraiment grandit pis moi le monde qui m’arrive aux tots ça me dérange. Niveau sexu là.
Après ça je me suis achetée l’album DELUXE de One Direction celui oussé qu’y’a plein de tounes qui parlent de Taylor Swift y paraît pis je passais mes soirées à essayer de transposer les paroles dans sa vie comme si c’était ma best pis qu’y fallait que je trouve des messages codés de son ex dans son art torturé pour la rassurer. Je m’occupe d’elle je l’aime ça passe le temps.
Après ça à chaque fois qu’un ami Facebook faisait un statut genre «Derrière le bar à souare y fait frette dehors mais en dedans icitte y fait chaud la pinte est à trois piasses viens te torcher si tu m’aimes what uppppppp on te paie le tax si tu viens avec ta gang du HEC» je me donnais le défi de me pointer. Faque j’arrivais là pis je profitais des deals sur le Jameson pis je m’amusais à regarder les interactions pitoyables des gens de bar. Je checkais le monde essayer de se trouver beau même ben paqueté, se fermer un œil sur deux pour bien voir drette pis se montrer à quel point y sont trash de siroter des JägerBomb sans grimacer, de se prendre en photo, de se tagguer au paradis des faux amis pis de se donner des défis de trip à trois pour être certain certain certain de pas dodo tu seul à soir. Après ça je rentrais chez nous pis je m’endormais avec le cœur engourdi pis enfin je les comprenais un peu. Quand on sent rien pis qu’on goûte juss les shooters ça fait oublier que demain matin y’a personne qui va te dire salut les yeux collés la peau chaude pis le sourire amoureux. C’est le boutte triss.
Ma folie a commencé à être encore plus dérangeante quand j’ai fait de la sexu y’a une couple de semaines avec un dude que je trouvais le fun pour l’œil. Premièrement y’était plus beau que moi faque à base c’est angoissant et deuxièmement j’avais pas rasé mes jambes depuis trop de temps pis ça aussi c’est angoissant surtout quand tu fais la position avec la tite patte din airs.
Mais là il veut pas me revoir. Pis quand je le texte il me répond des choses fines qu’y pourrait dire à n’importe quelle conne qui a un vagin raisonnable. Il veut pas me voir pis j’aimerais ça savoir pourquoi. C’est une obsession. Je me suis dit que peut-être que je louche pis que je le sais pas, que je fais juste parler de moi pis que personne me l’a dit encore, peut-être que j’ai vraiment pas compris comment y fallait fourrer dans vie. Je comprends pas je pense que je devrais lui téléphoner parce que j’ai 25 ans pis que je suis tannée de gosser pis de checker mon cell en imaginant son nom apparaître sur l’écran. Genre que même la nuit je mets la sonnerie au maximum pis je garde un œil ouvert au cas où qu’y soit un peu tipsy pis que l’envie lui pogne de me texter un message incompréhensible avec plein de fautes dedans pis des émoticônes qui font pas de sens ensemble. Je devrais vraiment lui lâcher un coup de fil on est des adultes c’est pu le temps de se retenir d’être énervé par quelqu’un d’autre. Je lui dirais allô c’est Sarah on a fourré y’a pas long de t’ça c’est-tu moi ou on a eu du fun ça te tente-tu qu’on chill parce que c’était pas pire agréable la dernière fois pis t’as pas une ESTI de raison de pas vouloir me revoir je pogne un tax pis je m’en viens bouge pas book-toi rien à soir on va se parler dans le blanc des yeux pis se dire des affaires qu’on se serait dit sur Facebook si j’étais pas aussi tannée de vivre dans l’ambigüité des rapports humains épeurants.
C’est ça que je devrais lui dire.
Pis là on boirait sûrement du vin en même temps mais pas trop parce qu’une fois tipsy on skipperait les choses importantes pis après ça une fois chez nous j’attendrais qu’il me texte pis je me remettrais à me demander pourquoi y’est pas capable de me regarder vivre en vrai juste pour le fun d’être un en face de moi une fois par semaine pas plus faque je le rappellerais mais y répondrait pas pis il dirait à ses chums de gars autour d’une bière de microbrasserie de pas faire la gaffe de me faire l’amour un soir de pluie parce que j’suis crissement pas relaxe comme fille. Faque la ville au complet me mépriserait je perdrais plein de followers sur Insta pis mes selfies que le gars trouvait donc belles seraient tout d’un coup de moins en moins populaires pis je commencerais à douter de moi pis à me trouver laide de partout pis ÇA ça va me faire chier.
Faque à place, à titre de recherche, j’ai réécouté He’s just not that into you pis j’ai TOUTE compris.
On est des esti de folles.
Parce qu’on se fait des idées après avoir fourré un dude pis c’est vraiment trop en demander de faire le vœu de recevoir une mini réponse-fine à notre message texte super relaxe. On exagère. On devrait leur donner un break aux gars, les laisser nous dire qu’on est cute dans un élan de sexu un soir de fin de semaine, les laisser nous taper la fesse gauche quand ça devient ben intense, les laisser nous dire bye avec des becs sué joues même si on vient de s’échanger nos fluides comme si c’était la dernière fois de notre vie, pis arrêter de les gosser après ça. Y’ont tellement autre chose à faire genre jouer au nin, manger des pizza congelées, stalker des suicides girls sur Insta, gratter leurs gales, se tailler une moustache ridicule juste pour faire rire leurs chums de gars, checker des photos de hipster dans google images pis se dire que ça serait peut-être le fun de se faire pousser une barbe qui cacherait leur traits de face ordinaires pis qui sentirait probablement tout le temps la noune, lire le Summum, s’acheter une Apple Watch, porter leur Apple Watch, parler à leur Apple Watch, essuyer l’écran de leur Apple Watch avec un p’tit tissu spécial pis ignorer nos messages textes poliment rédigés parce qu’y faudrait vraiiiiiment pas être rushante pis leur laisser penser qu’on est in love juste parce qu’on a donné des becs à leur pèn qui a toujours une forme awkward by the way.
Y sont full occupés ou y’ont jamais de batterie dans leur cell ou leur écran est tout pèté faque y peuvent pu lire nos poèmes de téléphone pis on capote pour rien mais eux y font crissement rien pour nous aider faque notre folie c’est de leur faute.
Y sont où les gars qui sourient quand leur iPhone sonne y sont où les gars qui nous trouveraient très rapidement une sonnerie juste pour nous genre moi je pense que ça serait logique que ça soit la toune thème de Harry Potter t’sais la p’tite mélodie douce mais creepy qui donne envie de voler sur un balais au-dessus d’un lac argenté. Ça me ressemble comme son. Y sont où les gars qui trouvent ça drôle qu’on soit folle qui trouvent ça beau qu’on soit folle qui sont excité d’en dedans des pants à l’idée de frencher une folle à lier belle comme un matin d’automne qui fait pas chaud chaud mais que le soleil est assez fort pour te donner envie de sortir juste en coton ouaté. Y sont où les gars qui cherchent pas le trouble qui veulent juste passer leur temps à nous sniffer la nuque parce que notre parfum cheap du magasin louche de la Place Montréal Trust leur rappelle un week-end au chalet ou la veille de Noël ou les journées pédagogiques quand on était p’tits. Y sont où les gars qui ont le goût de faire des activités genre marcher pour aller nul part pis finalement s’arrêter dans un magasin à une piasse pis acheter des cossins pour un party thématique qu’on organisera jamais. Y sont où les gars qui ont le goût de nous entendre parler dans le dos de nos chums de filles sans nous faire sentir comme des esti de pas fines. Y sont où les gars qui trouvent ça beau quand nos cheveux lousses ont pris le mauvais pli de notre couette. Y.Sont.Où.
L’autre fois je pensais vraiment que j’en avais trouvé un qui était pas pire y me donnait full d’attention sué réseaux mais finalement en checkant ben comme il faut (ce qui veut dire en le stalkant pendant des heures pour toute savoir sur sa maudite vie plate de gars qui brosse souvent mais qui goss dans du bois quand y’a le temps) je me suis rendue compte que c’était le genre de gars qui like toute. Faque ça me fait pu rien quand y like ma belle photo sur insta. C’est du vent. Je l’haïs depuis que je sais ça. Je suis tout le temps déçue.
Faque pour me consoler j’ai recommencé à chercher Roy mais en vain. Il est vraiment pas là.
Faque j’ai envoyé une photo de mes boules à un dude sur qui je trippais au Cégep.
Faque il m’a jamais répondu pis j’ai pleuré. Pour ça. Parce que mes boules lui ont pas donné envie m’écrire des Je t’aime pas sincères mais pas méchants non plus.
J’ai envie de publier une annonce sur kijiji. J’écrirais : «Jeune femme nouvellement folle à lier cherche une âme douce comme du velours capable d’accorder ses participes passés comme du monde qui aurait envie de jouer à CLUE un soir par semaine dans un lieu neutre qui nous empêcherait d’être trop nerveux». J’ajouterais dans la description que c’est pas urgent pour éviter de sonner rushante vu que c’est super facile de sonner rushante quand on est une fille toute seule en 2016. Je pense aussi que j’ajouterais une note de bas de page en mini. Ça serait écrit : «Si tu penses que tu peux me trouver belle même les cheveux mouillés tu pourrais venir sonner chez nous juste pour qu’on voit si on rit des mêmes affaires merci.»
Je pourrais aussi juste m’inscrire à des cours de natation pour pleurer dans le creux autant que je veux. Cette activité-là implique personne d’autre que moi pis c’est peut-être ça la solution à ma folie aux mille visages terrifiants.